J'ai bu la nuit

À en vomir le jour,

J'ai touché la mort

À en brûler mon corps.

 

J'ai vu la nuit

À en éclipser le jour,

J'ai embrassé la mort

À en déchirer mes lèvres encore et encore.

 

J'ai voulu jeter mon coeur à la mer,

Il n'arrêtait pas de me faire la guerre.

J'ai failli souffler la chandelle,

Sa flamme était si frêle.

 

J'ai failli éteindre la lumière,

Elle n'éclairait plus que hier.

J'ai voulu monter au ciel

Sans échelle.

 

J'ai vu la nuit,

J'ai eu peur de ne plus voir le jour.

C'était comme un tango avec la terreur

Pour mettre un terme à mon malheur.

 

J'ai bu la nuit,

Mais j'ai aussi bu le jour,

Malgré mon aigreur,

J'ai toujours le goût du bonheur.

 

J'ai lâché le verre,

J'ai craché par-terre

Le venin qui coulait dans mes veines,

Toute cette peine qui n'en valait pas la peine.

 

Je me suis mis à courir,

Pour échapper au pire.

Plus le temps pour ce qui est pressé,

Plus le temps pour ce qui est passé.

 

J'ai croisé mes cauchemars,

Il était déjà trop tard.

Plus le temps pour vous,

Plus le temps pour tout.

 

Dans ma folle course,

La nuit à mes trousses,

Je me suis mis à rire

En trébuchant sur mes sourires.

 

Hier soir j'ai rallumé les étoiles pour voir les dunes,

J'ai eu envie de faire l'amour à la lune

Pour ne plus rougir devant le soleil,

Pour ne plus avoir peur au réveil.

 

La nuit tremble dans le verre,

Je quitte le soleil pour rejoindre les ombres sur terre.

Ça y est, l'amertume s'est enfuie,

J'ai fait du miel de ma nuit.