13 mars 2018

L'orage de chambre

Je me réveille trempé de flammes, Encore assommé par la fièvre, De l'écume au bord des lèvres, Du charbon au bord des yeux, Des cendres dans les cheveux, Une frayeur au bord du drame.   Des braises de la veille Crépitent encore dans le lit Puis s'éteignent sans espoir de repli. Quelques étincelles font de la résistance, Une dernière danse Dans l'incendie qui a embrasé mon sommeil.   J'essaie de retrouver le fil de mes pensées, Des vagues nagent entre les plis du drap, Une méduse me pique à travers le... [Lire la suite]
Posté par Monsieur Chat à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2018

La dérive

Je me réveille dans un sursaut, mes poumons vibrent comme un accordéon frénétique, Mes yeux sont recouverts par une épaisse couche de neige, mes cils sont des stalactites, Mes bras et mes jambes suspendus en l'air par des sangles se déssèchent vite, Allongé sur un lit, je me sens tel un épouvantail planté sur la glace de l'antarctique.   Qui est-ce que je suis censé effrayer avec mon air de fantôme congelé ? Ma famille et mes amis, en plus des autres patients et du personnel médical ? Pourquoi les fils plantés dans ma... [Lire la suite]
Posté par Monsieur Chat à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2018

L'île blanche perdue au milieu de l'océan noir : la porte de l'Hiver

Le décor de la chambre d'hôpital disparaît aussi vite qu'un rêve à mon réveil, Je suis allongé dans un lit fait d'ombres, soudain elles s'éveillent, Elles dansent autour de moi, sur une scène découpée dans les nuages. Mon esprit nage dans l'éther, je ne me souviens pas comment je suis arrivé là, Comme sorti d'une nuit d'ivresse qui n'en finit pas.   Je suis parachuté à l'aveugle au-dessus d'une île flottante fortifiée au milieu d'un océan noir, Je ne vois rien d'autre autour de moi qu'un épais brouillard qui n'invite pas... [Lire la suite]
Posté par Monsieur Chat à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2018

Le marais des chimères : la porte de l'Automne

Pourquoi suis-je toujours trempé Par des flaques de fantômes ? Ils ont fauché mon teint de vivant, Se déguisent-ils aussi avec des rêves ?   Les frontières du royaume de l'hiver Sortent du brouillard et se dressent devant moi, Pas rideau de fer mais plutôt muraille de glace, Bâtie sous une chaîne de montagnes qui fait écran au soleil.   La lumière du jour n'est pas la bienvenue au coeur de la nuit ; Pas même un rayon de soleil aussi fin qu'un brin de paille Ne pourrait franchir les ombres qui lui font rempart,... [Lire la suite]
Posté par Monsieur Chat à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2018

La forêt au-dessus des étoiles : la porte du Printemps

Il me faut avancer jusqu'au coeur de la forêt pour échapper aux fleurs empoisonnées, Aux arbres de sorcières plus couverts de malédictions que de mousse, Aux âmes damnées qui tendent leurs mains hors du marécage où elles reposent, Aux forteresses et à leurs armées de ronces et de buissons piquants prêts à attaquer.   Cette forêt paraît humaine ; elle regarde et écoute tout avec un visage de vieille sage, Elle semble être née il y a des millions d'années, bien avant l'humanité. Certains arbres ont la taille de... [Lire la suite]
Posté par Monsieur Chat à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2018

Le désert à l'envers : la porte de l'Été

Les arbres s'écartent pour me laisser passer et je ne vois plus dans leur tronc le visage pâle, Je n'hésite pas un moment, je m'élance à travers la forêt dont la nuit semble être le miroir. J'avance à l'aveugle un moment puis le sentier se met à briller, éclairé par un océan d'étoiles Dans lequel les racines des arbres puisent la lumière qui remonte et scintille dans le noir.   Par moments j'ai peur d'être mort pour de bon, emporté par le Styx, le fleuve impitoyable des enfers Mais j'entends encore les voix, celles qui... [Lire la suite]
Posté par Monsieur Chat à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2018

La citadelle de sable

La nuit a enveloppé la ville avec son ombre, le silence est encore plus pesant que durant le jour, Cela fait des heures que je cherche mon chemin à travers les rues ensevelies et les décombres, Il est désormais clair qu'il n'y a rien pour moi dans ce labyrinthe où le vide est en surnombre, Mon âme erre dans des ruines qui se ressemblent toutes, jusqu'à ce que j'arrive à un carrefour.   Deux panneaux faiblement éclairés dépassent du sable dans lequel ils sont plantés, Le premier, Terminus de tous les terminus, indique pile... [Lire la suite]
Posté par Monsieur Chat à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :